.::♫ Kawaii-Graph ♫::. Forum Index
.::♫ Kawaii-Graph ♫::. Forum IndexFAQSearchRegisterLog in

[Vocaloid][en cours] Jaune+Rouge=Orange ?

 
Post new topic   Reply to topic    .::♫ Kawaii-Graph ♫::. Forum Index -> Divers -> ART DIVERS -> Ecrits -> (Fan)fics/One Shot
Previous topic :: Next topic  
Author Message
jade18
Nouveau membre
Nouveau membre

Offline

Joined: 09 Jun 2013
Posts: 43
Niveau: Novice
Localisation: Paris
Age: 15
Féminin Gémeaux (21mai-20juin) 龍 Dragon
Kawaii Point: 46
Moyenne de points: 1.07

PostPosted: Wed 19 Mar - 21:48 (2014)    Post subject: [Vocaloid][en cours] Jaune+Rouge=Orange ? Reply with quote

PublicitéSupprimer les publicités ?
Salut tout le monde ^^ ça va ? Moi aussi ça va merci UwU Bref, j'avais envie de publier ma ficion vocaloid Et pasque j'avais rien d'autre à faire aussi...
Bref, alors, je m'excuse d'avance pour les innombrables fautes qu'il risque d'y avoir, hein (et pourtant j'essaye de faire attention!) Et, sur ce, bonne lecture !
Juste le temps d'ouvrir word, hein...



Elle était dans une salle sombre où étaient placés des mannequins transpercés de différentes armes, certains étaient même décapités. Une sonnerie retentit elle se dirigea alors vers un petit bureau sur lequel était placé une grande pile de… de… hrmm : d'un bazar indescriptible…
- Ola la, va vraiment falloir que je me décide à faire du ménage un jour… Alors ! Où est le téléphone ?
A ce moment elle se dit qu'elle ne le retrouverait jamais comme ça. Elle poussa un soupir et renversa la tonne de papiers divers et variés présents sur la table.
- Ah ! Il est là !
Elle décrocha.
- …
- Bien, monsieur j'arrive tout de suite !
Elle sorti de la pièce, parcouru un long couloir sombre, monta un escalier, et durant le trajet elle n'avait croisé personne, il n'y avait pas eu le moindre bruit mis à par son pas qui, lui, résonnait. Elle était arrivée devant une porte légèrement entrouverte d'où provenaient deux voix :
- …, c'est pourquoi cette mission sera attribuée à Yin.
- Mais monsieur, elle n'a que treize ans !
- Je sais, c'est pourquoi tu l'accompagnera pour l'aider et, éventuellement lui servir d'alibi si besoin, est.
Elle toqua.
Il lui dit d'entrer.
Elle entra.
Yin : Monsieur quelle sera ma mission ?
? : Tu "t'occupera" de ce dossier.
Yin : Bien.
Elle parcouru le dossier dans lequel se trouvait quelques photos : Une fille aux cheveux bleus coiffés en couettes longues; une fille blonde, cheveux courts, un serre tête en forme de nœud blanc; un garçon avec les cheveux blond, lui aussi, coiffés en bataille; une fille, plus âgée avec les cheveux roses légèrement bouclés; une fille avec les cheveux dégradés verts, avec des lunettes de soleil dans les cheveux; une avec les cheveux courts et bruns; un garçon avec les cheveux bleus; une fille avec le regard triste, des cheveux blancs, très long attachés à l'aide d'un nœud violet.
Yin : seulement huit ? C'est tout ?
? : Oui.
Yin : Bien.
? : Ah, et tu partira aussi avec Kioko.
Yin : Je suis obligée de me coltiner cet idiot infini ??
Kioko : Oh, l'idiot infini est dans la pièce et il t'e****** ! Et sache que ça ne me plait pas plus que toi !
? : Arrêtez ceci immédiatement ! Vous partez de suite ! Yin voici votre couverture, Kioko sera officiellement votre frère et il n'aura pas de couverture.
Sur ce, l'homme donna à la jeune fille une pile de vêtements qui parti sans un mot se changer. Une fois changé elle se regarda dans un miroir. Elle portait une perruque courte colorée en rouge, une jupe courte rouge, un haut très court (il s'arrêtait juste en dessous de sa poitrine) rouge, des mitaines vertes (nan je dèc' elles sont rouges aussi) quand à son casque c'était le même qu'habituellement : Noir avec un ying-yang au niveau des écouteurs.
Ainsi elle pouvait aisément passer pour la sœur de Kioko.
Elle alla sur la plate-forme de décollage. Là-bas elle trouva elle trouva Kioko.
Kioko : Alors t'a foutu quoi espèce de limace, c'est vrai qui se dit : les filles passent des plombes à se fringuer !
Yin : Va te faire F***** sale C******.
Kioko : Que voilà des mots bien vulgaires dans la bouche d'une jeune fille !
Yin : Rien à battre. C'est moi qui pilote.
Kioko : Toi, tu sais piloter un avion ? A treize ans ?
Yin : Oui. //parce qu'on est dans une fic' et que l'auteur f*** ce qu'elle veut, là!//
Ils se dirigèrent alors vers une petite ville. Ils arrivèrent à l'appartement qui leurs avait été attribué par l'Agence.
Là-bas c'était rempli d'une bonne centaine de carton. Tous remplis d'armes mortelles. Sauf un : à l'intérieur se trouvait… //roulement de tambours// des livres ! C'était l'activité de Yin qui passait son temps à en lire //pour ceux que ça intéresse -personne- c'est de la Héroic-Fantasy//.
Yin : Bon où sont les chambres ?
Kioko : je prends la plus grande !
Yin : Et pourquoi ?
Kioko : parce que j'ai 15 ans et toi 13 !
Yin c'est pas une raison valable, ça ! Mais si ça fais plaisir à monsieur-le-bébé-qui-veut-la-plus-grande-chambre !
Kioko : Je ne suis pas un bébé !
Yin : D'age mental, si !
Ils se figèrent, ils avaient fait le tour de l'appartement et il n’y avait pas de doutes possibles. Il n'y avait q'une seule chambre ! Avec un lit deux place !
Yin : C'… c'est dégueu… Je prends le canapé !
Kioko : Pour une fois, je suis entièrement d'accord avec toi !
Plus tard //c'est à dire que Yin à déjà fini deux bouquins de trois cent page en deux heures seulement//.
Yin : Je vais prendre une douche !
Kioko : J'veux pas savoir !
Yin : Ouais bah moi j'ai pas envie qu'il te vienne l'idée d'en prendre une quand je suis dedans tout ça parce que je t'avais pas prévenu !
Kioko : Ah ouais… pas con… // Ah deux fois dans la journée qu'il est d'accord avec elle, appelez un ambulance vite !//
Elle se déshabillait. Elle avait de courts cheveux blonds, un visage fin. Elle aimait le jaune. Des yeux bleus, une fois qu'elle eu enlevé les lentilles. Elle n'aimait décidément pas le rouge. Depuis qu'elle était entrée dans l'agence elle n'avait jamais pu supporter Kioko.
Elle prit sa douche, remit les vêtements de couverture, les lentilles. Elle sortit de la salle de bain. Retourna sur le canapé lire son livre.
Kioko : Eh, la débile ! Je vais prendre ma douche, t'avise pas d'y entrer pendant que j'y suis.
Yin : pourquoi je ferai ça, Bouffon !
Kioko parce que je suis incroyablement sexy et qu'aucune fille ne me résiste ?
Yin : Eh ça va les chevilles ?
Kioko : pff *va prendre sa douche*
Yin : abruti…
Une demi-heure plus tard.
Yin : qu'es qu'y fout, même une cruche qui se pomponnerait mettrait moins de temps !
La porte s'ouvrit.
Yin complètement surprise et/ou choquée : Putain on peut savoir c'que tu fout avec juste ta serviette comme fringue ?
Kioko : Pourquoi : tu préfèrerait que je l'enlève ?
Yin en train de s'étouffer : Va t'habiller et plus vite que ça !
Kioko : comme tu voudra //mais…mais il est en train de lui obéir!!!// Mais tu rate un sacré spectacle, crois-moi ! //ah, je me disais aussi//
Yin pas dupe : C'est ça ouais…

Bon ok promis au prochain chapitre, ou retrouve la VRAIE histoire, et pas ces amourettes.
Yin en train d'étrangler l'auteur… : c'est ça ouais, mais t'oublie un truc : ON EST PAS AMOUREUX !




Comme promis on reviens à nos oignons et on ne se charge pas des deux amou… *Yin menaçant l'auteur avec un bazooka* Pardon à nos PIRES ENNEMIS !
Yin : Voilà quand tu veux !

Elle se dirigeait vers l'école //le collège, pardon !// Comme l'était la coutume de ce collège, les nouveaux élèves devaient être présentés à dix heures, soit deux heures après le début des cours.
Elle était accompagnée de Kioko (quoi de mieux qu'un grand frère canon pour devenir populaire ?)
Elle se présenta dans sa salle de cours. Là elle fit coulisser le cadran de la porte.
Professeur : Ah te voilà ! Chers élèves, voici le nouvel élève ! Entre !
Yin : Merci monsieur.
Kioko : Bon bah moi j'y vais !
Yin : Au revoir grand-frère, a ce soir !
Yin dans sa tête : Faites qu'il s'étrangle avec son déjeuner, et qu'il en crève !)
Chuchotement entre élèves :
- T'as vu comment il est trop canon !
- Elle a trop de chance d'avoir un frère aussi beau !
Professeur : Du calme ! Laissez-là se présenter !
Yin : Bonjour ! Je m'appelle Yin! J'espère (dans sa tête : que je pourrais tous vous étriper très vite!!) que l'on s'entendra bien.
Elle avait de la chance que toutes ses cibles soient dans sa classe.
Professeur : Bien va t'asseoir à coté de Rin, là-bas !
Elle alla s'asseoir à la place dite. Elle engagea très vite une conversation avec sa camarade. Elle s'entendaient plutôt bien, mais il fallait prendre la confiance de toutes ses cibles.
Arriva l'heure de la récréation.
Rin : Vient je vais te présenter à tout le monde !
Yin : Pas de prob'
Rin : Yin voici, Miku, Haku, Kaito, Len (c'est mon frère jumeau), Gumi, Luka et Meiko !
Toute les filles (et les mecs aussi d'ailleurs) : Salut !
Les garçons allèrent jouer au foot (quoi, j'ai besoin d'une discussion entre filles!)
Luka : Dis don il est super canon ton frère !
Yin : Ouais mais il est soulant…
Haku : Quelqu'un a parlé de se souler ? Tous au Bar !
Miku : Certainement pas Haku
Meiko : Moi je suis d'accord !
Gumi : Certainement pas les filles ! la dernière fois on a du aller vous chercher à l'autre bout de la ville tellement vous étiez bourrés !
Meiko et Haku : Rhooo vous êtes pas marrantes..
//Et je disait discussion entre fille ?//
Len et Kaito qui viennent d'arriver : Et les filles si ont se faisait un karaoké ce soir pour fêter l'arrivée de Yin ?
Yin d'un air suspicieux : Et c'est qui qui paye ? Non vraiment ce soir je peut pas, il faut que… Que je déballe les cartons ! On vient à penne d'emménager !
Kaito : On peut t'aider si tu veux !
Yin : Non merci il y aura mon frère et puis mon père et ma mère…
Miku : Tu nous présenteras tes parents ?
Yin : Non, ce n'est pas possible il reparte en voyage d'affaire dès demain ! //énorme mensonge !//
Rin : Alors tes parents partent en voyage d'affaires souvent ?
Yin : Oui, mon frère et moi avons vécu seuls d'une certaine manière !
Luka : Oh mes pauvres ! Peut être que la chaleur humaine pourrait aider ton frère à s'en remettre !
Yin : …
Yin dans sa tête : Mais, elle pense à des trucs pas décent là !
Le soir elle rentra, comme prévu dans son appartement. Là elle (revit l'horrible Kioko) RECUT un coup de fil (non pas dans la tête, non)
- Oui ?
- …
- Bien monsieur, mais sachez que ça ne me plait pas ce changement de dernière minute !
- …
- Au revoir.
Elle soupira. Il vint la voir.
Kioko : C'était quoi/qui ?
Yin c'était le chef, changement de dernière minute. On passe d'une mission de type rouge à une de type noire.
Kioko : Tu dois être en(rhumé ! ahah) colère.
Yin : Nan, juste déçue. Moi qui pensais pouvoir m'amuser c'est râpé. Au fait y'a un des cas qui pense faire des trucs malsain avec toi.
Kioko : Quand je dis que je les fais toutes craquer !
Yin : J'suis toujours pas convaincue…
Kioko : Je pourrai te montrer si tu veux…
Et il l'enlaça.




Il la retourna et il l'embrassa. Son premier baiser. Ou plutôt le leurs (c'est aussi le premier de l'autre en rouge là), il paru durer une éternité.
Vous imaginez facilement son étonnement, vu qu’ils ne pouvaient pas se supporter.
Ils se détachèrent l'un de l'autre. Bizarrement elle avait aimé ça.
Elle n'arriva pas à prononcer un seul mot, à se détacher de ses yeux. Il fit tomber la perruque.
Kioko : Tu sais, tu es bien mieux sans elle.
Elle eu envie d'aller dormir pelotonné contre lui, avoir sa chaleur.
Tout ceci ne lui correspondait pas. Elle était née dans la rue, était voleuse de puis toujours. L'Agence l'avait engagée et entraînée depuis ses cinq ans. Elle pouvait tout faire : voleuse, assassin, enlèvement. Elle aurait du le repousser, le dégoûter. Ils s'étaient détestés depuis la première seconde. Alors, pourquoi ?
Il ne comprenait pas pourquoi il avait fais ça, il avait été attiré, une envie irrésistible. Mais ils s'étaient détestés depuis la première seconde. Alors pourquoi ? Il avait une seule envie, l'emmener dans son lit. La sentir pelotonné contre lui, avec sa chaleur.
Ils étaient passés de ces deux personnes qui ne pouvait pas se supporter à ces deux amants qui ne pouvaient détacher leur regard l'un de l'autre.
Yin : Je… je vais prendre une douche.
Dans la salle de bain, elle était confuse. Que ce qu'il se passait ? Elle se laissa couler un bain brûlant aux huiles essentielles. Elle aimait la chaleur.
Dans sa tête régnait une grande confusion, mais une idée ressortait plus que les autres : Elle n'avait que treize ans, bordel, TREIZE ANS ! C’était beaucoup trop jeune pour tomber amoureuse. Mais alors quelle était cette sensation ?
Il était perdu, hésitait. Avait il tout gâché ? Il la trouvait belle tellement plus belle que les autres filles qu'il connaissait. Il l'a désirait à chaque fois qu'elle s'éloignait d'elle. Le jour du délivrement de la mission, pourquoi voulait il qu'elle ne lui soit pas donné ? Est-ce qu'il voulait la préserver des assassinats ? Mais elle en avait déjà réalisé des centaines. Pourquoi n'avait il pas plus protesté lors qu'il avait su qu'il serait en équipe avec lui ? Il la désirait. Mais elle était tellement jeune… Mais qu'est-ce quelle faisait ? C'était long de ne pas pouvoir la voir…
Elle réfléchissait, cela lui faisait mal à la tête. Elle plongea sous l'eau.
Elle sorti de l'eau s'habilla et délaissa ses vêtements de couverture. Elle mis ses vrais vêtements à elle.
Elle sorti de la salle de bain. Parti lire sur son canapé. Elle n'arrivait pas à se concentrer sur son livre. Elle regarda l'heure : il était tard. Elle se mit en pyjama Et se coucha sur le canapé. Elle n'arrivait pas à dormir. Il avait été se coucher aussi. Elle se mordit la lèvre. Elle alla dans la chambre.



Il était couché sur son lit. Il était beau. Elle se coucha à coté de lui et rabattit la couverture. Elle se roula en boule contre sa poitrine.
Yin : Je crois que je t'aime..
Kioko : Moi aussi…
Ils s'endormirent.
Vous pensiez à quelque chose d'autre ?

Elle alla en cours. Elle qui était généralement la première à répondre, elle n'arrivait pas à se sortir les phrases d'hier soir de la tête : "je crois que je t'aime. Moi aussi."
La journée passa vite. Le lendemain elle devrait commencer à s'occuper de ses victimes.
Elle sortit elle était la seule à emprunter sa route.
Miku : Mais t'as pas peur avec cette rue sombre et étroite que tu dois emprunter ?
Yin : Mais non, sinon si jamais quelqu'un m'emmerde je te promets de lui exploser la face à coup de latte !
Miku : C'est censé me rassurer Ane-san ?
Yin : Ben… Oui !
Pour une fois elle savait qu'elle pourrait tenir sa promesse.
Elle emprunta donc la fameuse rue. Enfin si elle pouvait appeler ça une rue. Il y eu un bruissement. Du coin de l'œil, elle regarda derrière elle. Ce n'était pas comme ça qu'on pourrait avoir un assassin de première classe de l'Agence. Elle prépara sa position de combat.
D'un coup elle se sentit plaquée contre le mur, les deux jambes et les deux bras compressés. Pour la première fois de sa vie elle n'arrivait pas à bouger et à être libre de ses gestes.
?? : Mauvais coté ma poulette !
Yin : Je ne suis pas une poulette ! Et si tu veux te battre avec moi dit à tes deux larbins me lâcher !
?? : Mais je ne veut pas me battre avec toi ! Je veux quelque chose de plus personnel…
Yin : …
Elle était bouche bée qui était ce mec ?
Il se pencha vers elle, elle essaya de reculer. Il y avait le mur. Elle était coincée et ne pouvait plus bouger.
Il l'embrassa.
Elle avait peur.
Parce qu'elle était incapable de faire le moindre geste.
Parce qu'elle aimait Kioko.
Il déchira le haut rouge sang de Yin
Elle était désormais terrifiée.

Il se demanda ce qu'elle faisait. Elle aurait déjà du être rentrée depuis dix minutes. Elle ne traînait jamais à la sortie pour discuter avec d'autres filles. Règle n°53 de l'Agence : " Ne jamais se lier à un endroit ou à des personnes que l'on devrait quitter sous peu."
Non ce n'était pas ça.
Inquiet il sorti et fit le chemin qu'elle empruntait pour aller à son collège.
Elle était là. Coincée entre trois mecs à m'allure étrange et il y en avait un qui l'embrassait. Elle avait peur, cela se lisait dans ses yeux. Son t-shirt était déchiré exposant ainsi son soutien-gorge.
Il s'approcha, furieux.
Kioko : Toi mec tu lâche ma copine ou je te pète la gueule. Non, en fait non, je vais te péter la gueule !
?? : Oh et pourquoi ?
Kioko : Putain j'vais te buter sale crevard !
?? : Il me semble que tu ne me connaît pas. Je vais donc faire les présentation : Je m'appelle Josh et je suis le N°1 de l'Agence. Mon père en est le directeur.
Kioko : Rien à foutre, tu touche pas à ma copine !
Josh : Sache que moi je l'ai aimé dès la première seconde, toi tu l'a détesté depuis la première seconde !
Kioko : ce n’est pas une raison suffisante.
Il passa à l'attaque : uppercut, droite…etc. L'autre les esquivait tous.
Elle était toujours retenue par les deux masses de muscles. Elle profita de la diversion. Elle lâcha un énorme mollard sur l'un des deux, il la lâcha, dégoûté. Elle lui mit une droite dans la mâchoire. Lui cassa le nez avec un coup de pied d'une force jamais vue.
Gros tas de muscle n°1 : Putain, salope tu vas me payer ça !
Gros tas de muscle n°2 : Ouais mais fais gaffe le patron la veut en bon état.
Yin : Je suis un être humain pas un objet !
Elle assomma le deuxième. Les deux étaient hors-combat.
Elle regarda de l'autre coté. Les deux garçons se battaient toujours.
Josh : T'as vu, t'a copine vient de mettre hors-combat des pros de l'enlèvement. Elle est vraiment incroyable ! Cela me donne encore plus envie de l'avoir pour moi tout seul.
Kioko : T'oublie un truc, minus. Elle n’est pas d'accord.
Josh : peut-être pas aujourd'hui, mais demain oui.
Elle était impuissante. Elle ne pouvait pas intervenir. Ce jeune homme lui faisait peur.
Josh : Bon, c'est bon pour aujourd'hui, je vous laisse tranquille. Mais tu seras à moi, Yin.

Ils rentrèrent dans l'appart. Elle était fatiguée. Lui aussi. Ils se couchèrent, comme les autres jours. Elle se rendait encore plus compte à quel point elle comptait à lui. Lui aussi.



Le lendemain elle se réveilla. Il n'était pas là. Elle se mit à paniquer. Elle se leva et s'habilla à toute vitesse. Il était là. Il faisait le petit déjeuné. Elle avait eu peur.
Kioko : Mon chou, je t'ai fait des toasts aux oeufs.
Yin : Choueette ! C'est trop bon !
Kioko : Bon, tu vas être en retard. Prend ton sac. Je t'ai préparé tes affaires de cour.
Yin : Merci !
Elle posa ses lèvres contre les siennes et sortit.
Kioko : Elle est limite superactive je crois !
Elle prit ce jour là un chemin différent de celui de d'habitude.
Elle arriva dans la cour de l'école assez en avance.
Yin : Ohayo tout le monde !
Tous ensembles : Ohayo Yin !
Miku : Alors pas d'ennui sur le chemin ?
Yin //Alerte gros mensonge en approche !// : Nop !
Miku : Génial ! Tu est rayonnante aujourd'hui dis-moi ! Tu as un petit copain ?
Yin : Parce que selon toi il n'y a que ça qui peut rendre heureux ?
Gumi : Nan, y'a aussi les ramens !
Yin : S'pèce de ventre à pattes !
Elle était triste c'était la dernière fois qu'elle endossait son rôle. Fini la comédie. Rideau !
Elle avait mal respecté la règle 53, au fond. Elle s'était attachée à ses proies. Bah il suffirait de retirer son costume pour qu'elles gardent un bon souvenir d'elle. Après tout c'était devenu une mission rouge (meurtre) à une mission noire (enlèvement).
C'était décidé elle agirait le soir même avec ses vrais vêtements.

Elle avait ses cheveux blonds qui volaient au vent. Elle était prête. Elle avait pris ses armes.
Elle passa à l'attaque. Le groupe n'avait rien vu venir.
Meiko : Mais qu'est ce que …?
Elle fut la première à se faire tirer dessus.
Len : Mais qui es tu ? Et qu'a tu fais à Meiko ?
Yin : Simple somnifère.
Elle les toucha tous en moins de trente secondes. Tous avaient une fléchette plantée soit dans le bras soit dans la jambe ou encore dans le cou.



Ils se réveillèrent dans une pièce bien éclairée séparée du reste de la pièce par un mur transparent, certainement du verre.
Kaito : Si c'est du verre on devrait facilement pouvoir le briser.
Elle descendait d'un escalier.
Yin : Mauvaise idée c'est du verre incassable tu te ferais très mal à la main.
Kaito : prouve le !
Yin : Facile !
Elle sortit un revolver de derrière elle et envoya trois balles sur le mur de verre.
Il était indemne, pas la moindre fissure.
Yin : Convaincu ?
Kaito livide : O…Oui.
Yin : Bien. A vrai dire je n'ai pas encore reçu les instructions de ce qu'il doit se passer maintenant.
Elle remonta l'escalier et les lassas seuls.

Yin : Kioko, t'est où ?
Josh : Tu te retournes très lentement, sans faire le moindre geste brusque, ou je le descends.
Les joues de Yin étaient passées du rose au blanc. Elle se retourna trèès doucement et vit Kioko un revolver plaqué contre sa tempe. Le révolver était tenu par… Josh.
Yin : Holy shit, mais qu'est-ce que tu nous veut à la fin ?
Josh : Pas vous, toi !
Yin : Ca va pas recommencer…
Josh : Ca recommencera autant de fois qu'il le faudra. Jusqu'à ce que tu m'aimes.
Yin : Mais on ne force pas les gens à nous aimer !
Josh : Vous descendez dans la cave avec vos "invités".
Ils obéirent. En bas Josh les forçats à entrer avec les autres prisonniers.
Il remonta.
Yin : B***** de m****, mais qu'est-ce qu'il a en tète ?
Kioko : J'en sais rien…
Gumi : Minutes… Tu la connais ?
Yin : Evidemment, la Yin que vous connaissez n'était autre que ma couverture.
Miku : Hein ? Oh et puis zut t'est de quel coté à la fin ?
Yin : Des deux. Vous êtes mes amis mais mon job était de vous capturer.
Haku : Ce n'est pas très sympa ça !
Yin : Non, ce n'est pas sympa ! Mais c'est mon boulot !
Gumi : Mais au fait, comment ça se fait qu'un gars qu'on ne connaît pas menace ton frère avec un revolver, et comment il connaît tout de nous ?
Yin : premio, c'est pas mon frère c'est mon coéquipier, deuzio j'en sait rien trosio, c'est le fils de mon patron.
Miku : Ok j'ai pas tout compris mais bon.

Quelques heures plus tard.
Il descendait les escaliers.
Josh : Yin tu va sortir très calmement sans le moindre geste brusque, compris ?
Yin : Oui…
La porte de la prison, en verre elle aussi s'ouvrit.
Yin sortit. Trois hommes la maintenirent, pour qu'elle ne s'échappe pas.
Josh : Bien maintenant, montons.
Les hommes obligèrent Yin a avancer. Elle adressa un dernier regard désespéré à Kioko et tendis vers lui un bras. Ils lui abaissèrent de force. Elle du monter dans l'appartement.

Josh : Bien maintenant occupons nous de nos affaires.



Yin : Quelles affaires ?
Josh : Tout simplement ça : Tu sort avec moi, tes amis sont vivants. Tu refuses, ils meurent.
Yin : Je crois que j'ai pas trop le choix. J'accepte. Mais c'est du chantage, et ça ne veut absolument pas dire que je suis entièrement d'accord !
Josh : Peut être mais moi ça me va.
Il l'embrassa.
Elle était malheureuse. Ses lèvres étaient souillées une fois de plus par quelqu'un qu'elle n'aimait pas. Il lui faisait peur. La puissance qu'il pouvait avoir grâce à ses sbires était phénoménale. Il pouvait tout contrôler d'un claquement de doigt.
Il fallait qu'elle réfléchisse à un plan pour délivrer ses amis ainsi qu'elle même.
Et vite.
Il fallait qu'elle fasse semblant d'être soumise et lui faire jurer qu'il ne leur ferait rien.
Il était hors de question que ses amis aient de gros problèmes à cause d'elle. //parce que tu trouves que ce n'est pas encore le cas ? – Bah non ils sont juste enfermés dans une cage en verre incassable pour au moins 15 jours, c'est rien !//
Une fois qu'elle aurait sa confiance (donc, merci l'auteur de cette méga coupure, hein) elle pourrait assommer l'un des gardes du corps, et ouvrir la porte à ses amis après… pour après on verrais plus tard.
Josh rerentre dans la chambre et désigne deux de ses sbires : Ah oui, j'oubliai, tu peut aller et venir dans tout l'appartement, mais tu devras toujours être accompagner de ces deux là. Je ne voudrai pas que ma poulette s'envole !
Yin : ouais, c'est ça ouais…
Elle soupira. Ce serait plus dur en présence de ces deux "gardes du corps".
Yin : Bon les deux gros tas de muscle là, j'ai le droit d'aller dans ma salle d'entraînement, en bas ?
Gros tas de muscle 1 : Ouais on a eu des informations a ce sujet. Il nous a dit de te dire : "Je ne voudrai pas que ma poulette perde la ligne, voyons !". Ce qui veut dire que tu y as accès.
Yin : Vous lui direz que si il m'appelle encore une fois ma poulette, je l'étripe. Et c'est pas une expression, je le ferai vraiment.
Gros tas de muscle 2 : Bien mademoiselle.
Yin : Bon bah je descend, alors.
Gros tas de muscles ensembles : Oui, mais nous devons vous accompagner. De plus nous n'entrerons pas dans la salle pour ne pas vous déranger. Mais vous y serez enfermé.
Yin : On ne vous a pas dit que j'étais claustrophobe ?
Gros tas de muscle 2 : Si mais le patron dit que la salle est grande et qu'il n'y aura pas d'inconvénients, et que de plus dans cette salle vous êtes dans votre élément.
Yin : Mouais l'a pas tord.
Elle sortit de la chambre et descendit les escaliers. Elle passa devant la prison sans regarder ses amis, pour être plus convaincante sur le fait qu'elle soit soumise.
Elle entra dans la salle. Ils la fermèrent a clé. Yin n'était pas entrée dans la salle depuis qu'elle était arrivée. Elle la découvrit donc. Elle était émerveillée par toutes les armes mises à sa disposition. Revolver, dagues, tire-missile… Minute tire-missile ? Elle regarda la porte. Elle était blindée. Ca ne suffirait pas à la casser. Elle soupira. Il avait tout prévu.
Elle s'acharna donc en imaginant touts les mannequins et toutes les cibles avec le visage de Josh. Elle n'en rata aucune. Elle poussa une série de jurons tout a fais inecrivable tellement c'est vulgaire. Elle s'acharna toute la journée. Elle avait encore toute son énergie. Si on était entré dans la salle à ce moment, on aurait pu croire qu'un ouragan y était passé. Elle n'avait pas encore utilisé d'armes à feu.
Il y avait des cibles spéciales pour. Elle s'y dirigea. Elle attrapa un revolver, des dizaines de boites de recharges.
Elle tira. Elle rechargea. Elle tira. Elle regarda le résultat : aucune balle v'avit manquée soit la tète soit le cœur.
Elle vida tous les paquets de munitions. Tous ? Non elle en glissa plusieurs dans ses poche et deux a part. Ca pourrait servir.
Elle voulait rester dans cette salle où elle pouvait se défouler à volonté.

Attention ! Retour en arrière dans l'histoire du point de vue des prisonniers ! Certaines phrases seront répétées pour que vous puissiez vous retrouver dans le cadre spatio-temporel.

Ils la firent monter. Kioko était désespéré. Qu'est ce que ce tordu lui voulait ?
Luka : Mais au fait vous ne trouvez pas qu'elle ressemble à Rin-chan ?
Miku : Ouais c'est pas faux. //qu'est ce que t'a pas compris dans cette phrase? NDT : Voir la série Kaamelot//
Gumi : Et qu'est ce qu'il lui veut le mec en vert là ?
Kioko : Euh… d'après ce que j'ai comprit, ce mec est fous amoureux d'elle.
Miku : Ouah mais en fait c'est trop mignon !
Kioko : Ouais mais en fait elle sort déjà avec moi…
Tout le monde : Quoiii ???
Kioko tout rouge : Bah… Oui…
Miku : Mais en fait, a part le petit-copain de Yin t'est qui ? Tout a l'heure vous aviez dit que vous étiez coéquipiers.
Kioko : Ben... C'est le cas. Je bosse avec elle sur cette mission. Mais apparemment ça a mal tourné.
Luka : Et vous sortez ensemble depuis combien de temps ?
Kioko : Une semaine.
Gumi : Revenons au sujet de départ. Si vous sortez ensemble, et que ce mec l'aime. Vous faites comment ?
Kioko : Déjà avant aujourd'hui : Il l'avait vu qu'une fois. Il l'a empêché de bouger et la embrasser. Je l'ai tabassé.
Miku : Et t'a gagné ?
Kioko : Il a abandonné, quand elle a mis KO ses deux sbires.
Gumi : Je vois. Elle est pas légèrement violente cette fille ?
Kioko : Si je vous dit qu'on fait tous deux partis d'une agence qui nous embauche à 5 ans pour : assassinat, enlèvement ou vols. Vous comprenez mieux pourquoi elle est violente ?
Gumi : Ah ouais, ça fait une raison valable.
Kioko : Et vu qu'on perd ses souvenirs d'avant ses 6 ans, ben ça fait que la seule chose qu'elle est jamais connu soit l'Agence.
Miku : Ah ouais dur.

Il entra dans la salle où se trouvaient les otages.
Josh : Vous ne savez pas la dernière ?
Gumi : Quoi ?
Josh : Yin sort avec moi !
Kioko : Et qu'est ce que t'a fait pour ?
Josh strictement rien du tout !
Il était vidé. Comment avait elle pu lui faire ça ? Pourquoi ?
Le mec en vert remonta après les avoir nargué. Après avoir vu la tête du mec en rouge il était certain. Ils avaient tout gobé.

Elle passa devant eux sans les regarder. Ils la regardèrent passer. Elle fut enfermer dans une salle proche de la leur mais en métal blindée celle-là.
Len : Qu'est ce que c'est cette salle ?
Kioko : C'est la salle d'entraînement.
Ils entendirent venant de la salle, une belle flopée de jurons plus vulgaires les uns que les autres.
Kioko : Ah vu ce qu'on entend elle n'est pas très contente. Ca présage rien de bon en général. Elle doit être en train de détruire tout ce qui se trouve dans la salle.
Miku : Pas très rassurant tout ça. Et pourquoi elle était accompagnée des gros balourds là ?
Kioko : J'en sais strictement rien.
Au millieu de la journée ils entendirent des coups de feu.
Kioko : Ah elle s'entraîne drôlement dur à ce que je vois. Ou plutôt a ce que j'entend.
Gumi : Et c'est pas risqué de lui donner des armes ?
Kioko : Si un peu. Mais la salle est blindée.
Miku : Ouais chuis pas très rassurée pour autant.
Elle n'avait pas tord en disant ça.

Elle en avait marre. Ce mec n'avait pas à lui dire ce qu'elle devait faire p***** de b***** de m**** !
Elle n'attendrait pas. Elle avait vu la serrure. Trop facile à crocheter.



Elle n'avait pas encore mangé. Elle n'avait pas fin, malgré le fait qu'elle s'entraînait depuis plus de douze heures.
Elle entendit une voie lui parler de derrière la porte.
Tas de muscle : Mademoiselle vous n'avez pas encore mangé !
Yin : Va te faire foutre, connard !
Elle avait hurlé.
Miku : La vache, elle est quand même hyper vulgaire !
Kioko : cela fait plus de douze heures qu'elle hurle ce genre de choses, et c'est seulement maintenant que tu t'en rends compte ?
Gumi : Il a pas tord tu sais Miku…
Kioko : Puisque apparemment on a du temps devant nous, je vais vous expliquer les règles de l'agence. Chaque "salarié" est classé suivant sa puissance. Je suis n°11.
Miku : Et Yin elle est numéro combien ?
Kioko : Hrmmm… Elle est n°2
Gumi : Ah ouais quand même !
Miku : Mais si elle, elle est numéro 2 qui est le numéro 1 ?
Kioko : C'est le fils du patron, Josh… Même si en vérité, lui tout seul (sans ses sbires), il se fait laminer en trente seconde par Yin et encore c'est quand elle est pas pressée, hein. Non, son numéro à Josh c'est du chouchoutisme.
Gumi : Ok, donc si je résume bien, Yin à 13 ans est le meilleur élément d'une agence de malfaiteur-tueur à gages ?
Kioko : Voilà.
Gumi : Okkkk… On va éviter de l'énerver alors…
Kioko : Oui surtout que noter ceci : Là tout de suite elle n'est pas énervée. Juste agacée.
Miku : Ca promet…

Yin : Bon, je me barre.
Elle se prépara en vitesse. Mis un t-shirt à manches longues blanches, son short noir ainsi que l'écharpe de Kioko.
Yin : Vaut mieux pas que je m'habille comme d'habitude. Je serai gênée dans mes mouvements.
Elle ne mit donc pas son haut de marinière, sa cravate, sa ceinture-mousqueton bizarre, ses jambières et ses manches évasées.
Elle pris une corde et commença à s'équiper.
Un poignard dans chaque chaussure, un attaché sur ses deux bras, un planqué sou son t-shirt, deux revolver sur sa ceinture, les munitions qu'elle avait gardé l'autre soir dans ses poches et une dans chaque manche de son t-shirt.. Un couteau télescopique caché sous ses cheveux dans sa nuque.
Elle tenait un revolver à la main.
Elle crocheta la serrure, discrètement et sans bruit. Elle savait qu'il y avait un garde de l'autre coté de la porte. Elle se laissa emporter par la colère.
Plus rien ne pourrait l'arrêter.



Le garde s'approcha de la porte, depuis un petit moment il n'y avait plus de bruit.
Elle l'avait prévu. Lorsqu'il fut suffisamment près de la porte elle l'ouvrit brusquement de manière à le frapper. Il tomba. Elle sortit de la salle. Elle donna un coup de pied dans la tête du sbire. Il fit une hémorragie interne.
Elle avait tout oublié, mis a part une chose : Il fallait qu'elle sorte de là en tuant quiconque s'y opposerait. Elle ne vit pas les regards braqués sur elle dans la petite salle transparente. Elle monta les escaliers en vitesse, parcourue en courant l'appartement. Elle arriva à la porte d'entrée. La sortie, Enfin !
La porte était fermée à clé. Elle tira deux balles dans la serrure sans autre forme de procès. Elle sortit dans le couloir et monta au dernier étage.
La elle prit l'échelle de secours menant au toit. Elle sauta sur le toit suivant, et parcouru une distance phénoménale ainsi.

Le garde s'approchait de la porte blindée derrière laquelle Yin était enfermée. Soudain la porte s'ouvrit brusquement. Elle assomma le garde et l'acheva. Elle était en colère, très en colère.
Kioko en chuchotant : Ne faites pas le moindre bruit, elle ne doit pas nous remarquer.
Elle monta les escaliers.
Il put parler à haute voie : Ouf, Quand je vous disais qu'elle n'était pas en colère hier. Là elle est en colère. Elle va tuer tous ceux qui se trouverons sur son chemin. Qui que ce soit. Même vous. Vous comprenez maintenant pourquoi je vous ai dis de la fermer ?
Miku : Oui
Elle déglutit.
Gumi : Mais au fait pourquoi elle portait une écharpe rouge ?
Kioko eu un réflexe. Il regarda sa gorge.
Kioko : Mais quand est-ce qu'elle me la piquée ?



Elle continuait de sauter de toit en toit. Elle devait mettre le plus de distance possible entre elle et ce type. Elle regarda dans la rue en bas. Elle jura :
- Merde je ne pensais pas qu'ils me retrouveraient si vite.
En effet, en bas se trouvait une Mircedes //c'est fait exprès// noire. Comme elle avait les fenêtres ouvertes, Yin avait pu reconnaître le type dont elle avait pété le nom.
- Toi mon vieux, tu va pas faire long feu.
Elle prit son revolver et tira. Touché en pleine boite crânienne, l'homme mourut.
//Je préfère préciser : elle a un simple revolver et elle se trouve à plus de 400 mètres de distance du type//
Elle continua son chemin en changeant de direction plusieurs fois. C'était elle que les types cherchaient. Après plus de minuit, elle décida de se coucher. Elle s'allongea sur le toit de l'immeuble et s'endormit. Courir les toits l'avait calmée.
Le lendemain elle se réveilla. Elle n'avait pas envie de bouger, l'oreiller était si confortable…
Minute… Confortable, oreiller ? Elle s'était endormie sur un toit en béton ! Elle était parfaitement réveillée sur le coup.
Bon elle avait toujours ses vêtements. Toutes ses armes étaient là… L'écharpe de Kioko ! (Ouais, l'écharpe qu'elle piquée !) Où était elle ? Elle paniqua. Elle se leva et sortit de la chambre dans laquelle elle avait été installée. Elle se précipita dans le couloir.
? : Bonjour, tu as passé une bonne nuit ?
Yin : Où est mon écharpe ?!
? : Accrochée sur le porte-manteau, là.
Elle récupéra l'objet et le mis autour de son cou à toute vitesse.
? : Tu as l'air d'y tenir beaucoup. Mais si tu avais dormit avec, tu aurais pu t'étrangler. Je t'ai préparée un petit –déjeuné.
Son ventre gargouilla (je rappelle qu'elle a pas mangé depuis deux jours).
? : Moi, c'est Mikuo. Et toi ?
Yin : Yin.
Mikuo : Tu me rappelles beaucoup une amie de ma petite sœur !
Yin : Ah bon ? Elles s'appellent comment ?
Mikuo : Elles s'appellent Rin et Miku.
Elle manqua de s'étrangler avec sa tartine.



Yin : Pardon ?
Mikuo : Quoi, tu les connais ? Elles ont disparues il y a deux jours ! Tu sais où elles sont ?
Yin : En fait, je fais partie des forces de l'ordre et je suis chargée d'enquêter. Je te promet de les retrouver et de te les ramener.
Mikuo (absolument pas surpris qu'une fille de treize ans fasse parti de la police) :
Ah bon ? Merci !
Elle allait désobéir à l'agence en accomplissant pas cette mission mais c'était ses amies et elle ne supportait pas de voir le frère de Miku si triste. Elle se fit à elle même la promesse de le faire.
Yin : Au fait comment t'es tombé pour moi ?
Quelques minutes plus tard.
Mikuo : Et bien, le soir j'aime bien aller regarder les étoiles le soir. Et j'ai trébuché sur ton corps. Je me suis dit que tu serais mieux dans un lit.
Yin : Ah d'accord.
Yin : Je pense que je devrais y aller.
Mikuo : tu peut rester encore un peu si tu veux.
Yin : Non il faut que je parte au plus vite si je veux les retrouver. Tant que ma piste est encore valable.
C'était vrai.
Elle irait plus vite si elle passait par les toits mais si elle voulait que les hommes en noir ne la retrouve pas, elle devrait plutôt utiliser la voie piétonne. Ou alors… Mais oui ! Elle allait "emprunter" une voiture. Elle avait son permis, après tout.
Elle descendit dans la rue. Là elle repéra un véhicule satisfaisant. Elle traversa la rue. Elle sortit ses crochet à serrure, elle ouvrit la portière. Rentra dans la voiture, elle se glissa sous le volant et tripota les fils conducteurs. Le moteur démarra. Elle sourit. Elle s'assit sur le siège, et déboîta.
Elle avait le pied crispé sur la pédale d'accélération.
Elle fit un dérapage dans un angle à 90 degrés.
Elle arriva devant l'immeuble.
Elle se gara et descendit de la voiture.
Yin : Tu vas voir s'pèce de connard.
Elle entra dans l'immeuble.
Elle prit les escalier.
Elle était arrivée au cinquième étage.
Elle enfonça la porte.
Yin : On y est ! Elle sourit avec satisfaction.
Elle était face à son destin.
Plus rien ne pourrait l'arrêter avant la fin de la mission qu'elle s'était donnée.
Elle tua tous les hommes de mains qu'elle rencontra. Elle avait un but, une mission. C'était ce qui la ferais gagner.
Ils étaient tous morts. Sans exceptions.
Elle arriva devant la porte de la chambre. Elle la défonça avec un violent coup de pieds.
Il était là. Elle se jeta sur lui. Il tenta de la bloquer, en vain. Elle était en rage. Elle l'attaqua, encore et encore, a mais nues. Elle le maîtrisa en moins de deux minutes. Il ne pouvait plus bouger.
Josh : Eh bah vas-y tu moi ! qu'es que tu attend ?
Yin d'un air sadique : Oh, mais je ne vais pas te tuer. Je vais faire bien pire que ça : te laisser en vie avec ta défaite !
Elle le blessa le plus qu'elle pus.
Yin : Maintenant, tu dégage. Dit elle avec mépris.
Josh : …
Yin : Tu ne veux pas ? Et bien je vais t'y forcer. Tu dégage ou je te passe par la fenêtre ?
Il se leva avec difficultés et sortis de l'immeuble.
Elle descendit les escaliers et arriva dans la pièce. Elle ouvrit la porte de la prison.
Yin : vous sortez tous de l'immeuble et vite !
Son air ultra sérieux finit de les convaincre. Ils lui obéirent.
Elle resta seule avec les cadavres dans l'appartement. Elle entra dans la salle d'entraînement et récupéra de la poudre à canon.
Elle se rendit dans la cuisine. Là elle ouvrit le gaz au max. Elle déposa la poudre a canon de manière a faire un chemin jusqu'à la sortie de l'immeuble. Une fois dehors elle alluma la mèche. Les flammes parcoururent le tracé de poudre. Elle s'avança alors vers ses amis avec en fond l'immeuble en train d'exploser. //j'adore cette scène XD//.
La elle se mit à courir. Elle se jeta sur ses amis, sauf Kioko qui avait esquivé. Elle les plaquas au sol.
Yin : CALIN GENERAAAAAAAAAAAAAAAAAL //imaginez leurs têtes à ce moment XD//
Une fois le "câlin général" fini, elle se releva et releva ses amis.
Une main se posa sur son épaule. Elle se retourna vivement et embrassa Kioko, heureuse que tout soit fini.
Elle le relâcha.
?? : Intéressant ça !
Yin : Mystic ?



Yin : Mystic, c'est bien toi ?
Mystic : Oui Yellow Fox.
Elle se jeta sur la nouvelle venue. Elles se battaient. L'une frappant, l'autre esquivant. Et inversement. Yin prit l'avantage et plaqua l'autre au sol.
Elle la releva. Elles s'enlacèrent, se serrèrent très forts dans les bras.
Les autres ne comprenait plus rien.
Miku : Mais alors elles sont amies ou ennemies ?
Yin : Amies ! Je vous présente Mystic, ma Ane-san ! elle a une vingtaine d'année et c'est la numéro trois de l'Agence. Tu t'es améliorée ma vielle !
Mystic : Pas autant que toi ! Dis moi je n'ai pas rêvée ou Yellow Fox a embrassé Red Sky ?
Yin rougissant : Non, tu n'a pas rêvée !
Rin : Je ne veux pas me taper l'incrust' entre vous, mais c'est qui yellow Fox ? et Red sky ?
Mystic : Et bien ce sont nos noms de code de l'agence ! Et mystic c'est le mien !
Yin : Oui, elle n'a jamais voulu me dire quel était son vrai nom. Je suis Yellow Fox et Kioko est Red Sky !
Gumi : Ah d'accord !
Mystic : Article numéro 57 petite sœur, ne JAMAIS divulguer d'information sur l'Agence à quelqu'un de l'extérieur.
Yin : J'ai du enfreindre plus de la moitié des règles de l'Agence depuis le début de cette mission, mais je suis le meilleur de leur agents, ils ne peuvent pas se passer de moi.
Mystic : Tu n'a pas tord la-dessus !
Yin : Apprend que je n'ai jamais tord petit pandawann //spéciale dédicace à ma panda-chan :3// Mais au fait, qu'est ce que tu est venu faire ici ?
Mystic : Eh bien, je dois vous parler. A tous. Venez j'ai pris un appartement.
Ils allèrent donc tous chez elle.
Arrivés là-bas, ils s'asseyirent autour d'une table.
Mystic : Quand on t'a délivré ta mission, Yin j'ai mené mon enquête sur les "patients". Depuis la naissance. Je suis partie interroger les parents. Etant intriguée par deux des spécimens je me suis plus penchée sur eux.
Yin : Et alors ?
Mystic : Minute, petit papillon, on y arrive. Yin ceci est très spécial et est délicat à amener : Yin, Rin et Len sont tes jumeaux. Vous êtes triplés. Tu a été abandonnée par tes parents qui ne pouvaient pas s'occuper d'un troisième enfant.
Ils étaient tous choqués.



A venir bande de bananes au chocolat...

_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _



Back to top
Visit poster’s website
Display posts from previous:   
Post new topic   Reply to topic    .::♫ Kawaii-Graph ♫::. Forum Index -> Divers -> ART DIVERS -> Ecrits -> (Fan)fics/One Shot All times are GMT + 1 Hour
Page 1 of 1

 
Jump to:  

Index | Create free forum | Free support forum | Free forums directory | Report a violation | Cookies | Charte | Conditions générales d'utilisation
Template zenGarden created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group